Les commissaires anonymes

TU FLEX ?

TU FLEX ?

En collaboration avec Gabi Farage (Bruit du Frigo) et dans le cadre du projet “Je ne savais pas que tu existais” initié par la section scénographie de la HEAR
La Chaufferie

Qu’est-que qui fait que l’on se rencontre ? Qu’est-ce qui fait les groupes sociaux ? Qu’est-ce qui caractérise les espaces urbain collectif ?

Tu flex ? fut l’une des rencontres initiées pour “ Je ne savais pas que tu existais”, workshop collectif d’exploration et de création de situations urbaines. Cours de Fitness sur un protocole d’Yvonne Rainer, il est le résultat de la rencontre avec Coline, coach de fitness à l’université de Strasbourg, attirée par d’autres formes de sa pratique. La galerie de la Chaufferie comme interface entre la ville et l’école, l’enjeu fut de partir à la rencontre de ceux qui n’entreraient à priori jamais dans cet espace et de rallier des gens différents, avec des savoirs-faire, des compétences, ou des manières de dire des choses qui combinées, construisaient une situation, réagencée poétiquement et esthétiquement.

Temps disponibilité humaine/urbaine

Nous avons mené une recherche sur les temps de latence, les temps de vide ou d’attente dans le quotidien. Comment le corps communique une présence ou une conscience de l’endroit qu’il occupe ? Comment manifestons-nous physiquement une ouverture à l’autre, une crainte ou un mépris ? Qu’est que se rendre disponible ?

Le texte d’Yvonne Rainer « LECON POUR UN GROUPE DE PERSONNES EN ATTENTE », publié en 1969 comme le protocole d’une performance, fut un des matériaux de nos expériences. Nous l’avons exécuté puis proposé dans la rue. La scène saugrenue qui se joua chaque fois fut le terrain de multiples discussions, observations et fuite en courant ! Quand la disponibilité fut réciproque, on s’est rencontré. Et quand plusieurs personnes ont mis leur disponibilité en commun, on est devenu un groupe.

Tu Flex ? était un cours de fitness et le réenactement d’une performance d’artiste. L’important fut la somme de nos disponibilités physiques et mentales pour l’expérience du groupe.

Vendredi 07 mai 2010, 18h
Cours ouvert à tous les curieux de l’art ou de l’abdo-fessiers !

« LECON POUR UN GROUPE DE PERSONNES EN ATTENTE », 5 janvier 1969 Yvonne Rainer.

Commençons par le haut.
On peut hocher la tête de haut en bas comme pour dire oui. On peut la bouger de gauche a droite comme pour dire non. On peut pencher la tête d’un coté, puis de l’autre.
On peut hausser les épaules, les baisser, les avancer, les tirer en arrière, les rouler vers l’avant ou vers l’arrière. Enroulez une épaule vers l’avant et l’autre vers l’arrière, haussez une épaule et baissez l’autre en même temps, avancez une épaule et tirez l’autre en arrière. Essayez d’enrouler et de dérouler une épaule pendant que l’autre monte et descend.
La tête et les épaules peuvent bouger ensemble. On peut lever et baisser la tête et faire simultanément la même chose avec les épaules. On peut varier la cadence de multiples façons et par exemple, bouger les épaules sur deux temps et la tête sur un temps, ou vice-versa.
Enroulez les deux épaules en avant puis l’une après l’autre. Même chose en arrière.
Les bras. On peut plier ou tendre les bras. On peut les plier, coude pointés vers le bas, en avant, sur le coté et en arrière. On peut indiquer pratique ment toute les directions ; les deux bras tendus dans la même direction ou tendre un bras puis l’autre. Si vos épaules sont bien relâchées, les bras peuvent pivoter pratiquement à 360° d’avant en arrière et d’arrière en avant. Suggestion : écartez les bras. Bras toujours tendus, ramenez les devant vous, à la même hauteur pour les garder bien parallèles. Ecartez-les de nouveau. Maintenant, faites la même chose, un bras après l’autre. Des mouvements circulaires, bras tendus dans toutes les positions, il y en a beaucoup. Même chose pour les avant-bras seuls, quand les bras sont pliés.
Est-ce que vous arrivez à faire rouler votre tête et à balancer les bras en même temps ? Et, est ce que vous arrivez à plier et tendre les bras, lever et baisser les épaules, et pencher la tête à droite puis à gauche, tout ça, en même temps ? Et faire rouler la tête en décrivant de grands cercles avec les bras tendus ?
On continu avec les bras et on se concentre sur le torse. On peut laisser aller le torse et se tenir vouté, comme sur des dessins montrant les mauvaises positions du dos. A partir de la, on peut redresser le torse. On peut pencher le torse dans toutes les directions et le ramener à la position initiale.
Est-ce que vous arrivez à faire la même chose en balançant les bras et en hochant la tête ? Et en pliant et tendant les genoux ? On peut pencher le torse sur le coté, et en partant de cette position, basculer en avant . Basculez sur le coté, puis en avant. Redressez-vous.
Pliez et tendez les genoux et les bras et hochez la tête.
Le bassin. Le bassin peut pivoter autour d’un axe vertical. Il peut basculer vers l’avant, vers l’arrière. Il peut bouger de gauche à droite. En s’aidant des jambes et des pieds, on peut décrire un 8 avec le bassin. Essayez de toucher votre hanche droite avec votre épaule droite. Déplacez votre bassin en diagonale vers l’avant et vers l’arrière. Est-ce que vous arrivez à pivoter le bassin et à faire des mouvements de rotation avec les bras ? Et si on bougeait la tête de gauche à droite en faisant pivoter le bassin ? Est-ce que vous y arrivez en fermant et ouvrant la bouche ?
Le temps presse. Je n’ai rien dit des jambes et de la manière d’occuper l’espace.
On en reparlera.

inclure/foot